IMPOSER DES FRAIS POUR PERMETTRE QUELQU’UN D’EVITER UNE ACCUSATION CRIMINELLE EQUIVAUT A UNE MENACE.

« Le fait d’imposer des frais aux gens pour qu’ils évitent une accusation criminelle est mal en soit. » Selon Sheldon Clare président de l’ACAF. « Quiconque laisse expirer son permis d’arme à feu, peut se retrouver face à des accusations criminelles, sa seule faute étant d’être propriétaire de ses biens – le permis d’arme à feu est en soit une défense contre une infraction criminelle. « Il y a beaucoup de problèmes reliés aux lois Canadiennes sur les armes à feu, aucun d’entre eux ne peuvent être solutionnés en forçant les gens de payer pour le privilège de posséder leurs propres biens, » continu M. Clare. « Ceci ressemble plus à un racket de protection que d’une loi criminelle véritable. Le permis équivaut à une permission d’éviter la prison, ce qui équivaut à agir sous l’effet d’une menace. »

Selon le président de l’ACAF, le système de permis demeure un des aspects les plus néfastes du Programme Canadien sur les Armes à Feu. « Depuis la loi Libérale de 1995 il est illégal de posséder des armes à feu au Canada sans détenir le permis émis par le gouvernement. Cette situation a créé plusieurs criminels parmi les Canadiens qui ne ce sont pas soumis au régime, un crime qui n’est rien de plus qu’une omission administrative. Plusieurs propriétaires d’armes à feu croient que le gouvernement a éliminé l’obligation de détenir un permis en même temps qu’ils ont éliminé l’obligation d’enregistrer les armes longues. Par conséquent des centaines de milliers de propriétaires d’armes à feu ont laissé expirer leurs permis parce qu’ils étaient certains que les Conservateurs étaient pour se débarrasser du dégât créé par les Libéraux lorsqu’ils ont forcé la Loi sur les Armes à Feu à passer au Parlement. » M. Clare fit remarquer, « le système de permis d’armes à feu affecte des millions de citoyens normaux, qui contribuent de manière exceptionnelle à la société et qui n’ont aucune intention criminelle quelle que ce soit. Ces propriétaires d’armes à feu, qui n’ont commis aucun acte violent ou négligent pourraient se retrouver en prison pour deux, cinq ou même dix ans et perdre leurs biens parce qu’ils ont omis de se procurer une carte en plastique du gouvernement fédéral. »

Tant et aussi longtemps que la Loi sur les Armes à feu des Libéraux demeure en vigueur, les droits, les libertés et la propriété de tous les Canadiens restent en péril. L’objectif visé par les systèmes d’enregistrements et d’émission de permis n’a jamais été de sauver des vies. Leur vrai objectif a toujours été de changer la perception et la culture des Canadiens face aux armes à feu.


L’Association Canadienne pour les Armes à Feu est la plus grande organisation au pays, qui fait la promotion des droits et libertés de tous les propriétaires et utilisateurs responsables d’armes à feu.

Pour plus d’information contactez:
Sheldon Clare, Président, 250-981-1841, Sheldon@nfa.ca
Bureau Chef, sans frais: 1-877-818-0393
Site web le l’ACAF: www.nfa.ca