Interdire Bill Blair

2 mai 2020

De concert avec d’autres organisations sur les armes à feu, Canada’s National Firearms Association (NFA) exige le retrait immédiat de Bill Blair comme ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, ainsi qu’une enquête publique sur la justification et les mesures de la récente interdiction majeure des armes à feu.

Prenant la parole à Prince George, en Colombie-Britannique, le président de la NFA Sheldon Clare a dit : « L’analyse que nous avons faite de la réglementation annoncée hier interdisant des centaines de milliers d’armes semi-automatiques et l’information fournie par des représentants d’intervenants, de Sécurité publique Canada, de l’ASFC, d’Affaires mondiales, de la GRC et du ministère de la Justice indiquent clairement que ces règlements ont été adoptés à la hâte et qu’ils sont irréfléchis et injustes, et qu’ils vont faire du tort. Le ministre est soit malveillant, soit incompétent, et tout justifie sa destitution. »

« Le gouvernement a agi de manière arbitraire et vindicative. Le fait de permettre d’apporter des changements de dernière minute à la loi sur ce qui peut ou non être classifié cause de graves préoccupations sur le processus et le but visé, a dit Sheldon Clare, le président-directeur général de la NFA. Il est évident que ces règlements ont été adoptés à la hâte et qu’ils enfreignent peut-être des accords internationaux sur l’avis des changements majeurs touchant le commerce international. La justification de ces mesures est très suspecte et tout simplement non soutenue par les faits. Il n’y avait aucune urgence – c’est clairement une question de manipulation sociale et d’idéologie, et non pas de politique publique réfléchie. »

« Les propriétaires d’entreprises de vente d’armes à feu nous disent qu’ils vont se retrouver avec des millions de dollars de produits qu’ils ne pourront ni vendre ni retourner aux États-Unis en raison des règlements d’import-export. Le gouvernement n’a pas conclu d’entente avec les États-Unis sur le retour de ces produits invendus. La fermeture du système de transfert tard jeudi a pris de nombreux vendeurs et clients par surprise alors que de l’argent était versé, mais que les produits ne pouvaient pas changer de mains. Ainsi, des gens mécontents ont exigé un remboursement auprès de magasins pris d’assaut. De plus, les armes à feu visées par l’interdiction comprennent de nombreuses carabines qui sont tout à fait appropriées à la chasse et au tir sportif. C’est un mensonge de dire que ces armes sont de calibre militaire. Ce ne sont que de simples armes de tir modernes de conception ergonomique. L’attaque contre les reliques et les bibelots historiques est aussi une agression. Toute cette saisie repose uniquement sur l’ignorance et l’émotion, et n’a clairement rien à voir avec la sécurité publique. Les exceptions pour certains groupes de Canadiens sur les armes destinées à la chasse sont aussi extrêmement choquantes et sources de divisions. »

« En cette période de crise économique et de pandémie, le fait d’attaquer les entreprises de ventes d’armes à feu et les centaines de milliers de simples citoyens qui se livrent à la chasse, au tir sportif et à la collection, de même qu’à ceux qui gagnent leur vie dans le domaine de la protection et de la sécurité, est malavisé et aggrave la catastrophe économique actuelle. Il est clair pour la NFA que même si les listes de ce qui devait être interdit étaient à l’étude depuis un certain temps, le gouvernement libéral n’a pas pleinement considéré les conséquences, voulues ou non. »

« Ces mesures radicales ne servent que la politique de la division. Elles n’augmentent nullement quelque aspect que ce soit de la sécurité publique. À notre avis, le ministre Blair a bâclé ce dossier, et la NFA exige son retrait immédiat du portefeuille de la Sécurité publique. »

« La NFA continue à communiquer avec ses membres, les clubs et les entreprises, de même qu’avec des conseillers juridiques, pour assurer que nous avons toute l’information requise pour prendre des décisions avisées dans notre lutte pour nos droits. Entretemps, la NFA conseille à tous ses membres de consulter la réglementation et la presse, de rechercher des conseils juridiques au besoin et de s’impliquer en politique sans attendre », a conclu M. Clare.

La NFA est l’organisation de défense des intérêts des propriétaires et des utilisateurs d’armes à feu la plus grosse et la plus efficace du pays. C’est la principale organisation du Canada qui se bat pour les droits des utilisateurs d’armes à feu. La NFA est une ONG de l’ONU enregistrée avec un statut consultatif à l’ECOSOC.

-30-

Pour obtenir plus d’information :
Blair Hagen, vice-président exécutif, Communications, 604-753-8682 Blair@nfa.ca
Sheldon Clare, président, 250-981-1841 Sheldon@nfa.ca
Numéro sans frais au Canada : 1-877-818-0393
Site Web : www.nfa.ca